Big Little Lies (Petits secrets, grands mensonges) – Liane Moriarty

poetiqAuteur : Liane Moriarty
Titre : Petits secrets, grands mensonges
Editeur : Albin Michel
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 473
Parution : Février 2017 (pour cette nouvelle édition)
Prix : 22€

 
RÉSUMÉ
 
« Meurtre ou tragique accident ? À la fête de l’école, quelqu’un a trouvé la mort. Mais qui est vraiment responsable du drame ?
Trois femmes à la croisée des chemins, des ex-maris et leurs nouvelles épouses, des familles recomposées (ou décomposées) qui cachent tous ces redoutables petits mensonges que l’on se raconte à soi-même pour continuer de vivre… »
 

MON AVIS

J’avoue ne pas trop avoir compris ce qu’il s’est passé avec ce livre. J’ai beau l’avoir lu avec difficulté et être restée trois mois dessus, je ne peux pas m’empêcher de me dire que l’histoire n’est pas si mal. Et même si j’en garde le souvenir d’une lecture trèèèès longue, j’en garde aussi le souvenir d’une histoire agréable à suivre.

Le défaut principal de ce récit, c’est son manque d’action. Il ne se passe pas grand chose et les seuls chapitres qui bougent un peu et qui sont intéressants sont ceux de Celeste. On suit en fait une petite ville dans laquelle il y a eu un meurtre, sauf qu’on ne sait pas qui est mort ni comment, et ce, jusqu’à la fin du livre. Dans chaque chapitre, on suit un personnage différent, et certaines histoires sont plus intéressantes que d’autres. Je pense notamment à celle de Madeline et Jane qui parfois pouvaient traîner en longueur. Les chapitres sur Celeste sont percutants et je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait ce sujet là traiter dans le récit.

Mais voilà mon problème. Le roman traîne en longueur, il ne se passe rien durant une très bonne partie du récit, et ce n’est qu’à partir des 150 dernières que l’histoire a commencé à devenir intéressante. J’avais du mal à me plonger dans le roman car j’avais sans cesse envie de lire autre chose. Cependant comme je l’ai dit avant, les 150 dernières pages sont plus riches en action et surtout en révélations. Je n’ai pratiquement pas réussi à me détacher du livre. Mais même avant cela, je ne pouvais m’empêcher d’avoir envie de retourner dans cette petite ville avec tous ses ragots et ses potins.

Un des points positifs du roman, c’est la longueur des chapitres. Ils ne font que quelques pages à chaque fois, ce qui nous pousse à lire la suite. J’ai aussi beaucoup aimé la fin, je ne m’attendais pas à ce que ce soit cette personne qui meurt ni à ce qu’elle soit tuée comme cela.

Pour ce qui est des personnages, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Par contre j’ai éprouvé pas mal de haine et d’énervement envers certains. Les personnages sont tous très différents mais ils restent tout de même clichés. Jane, la maman qui vit seul avec son fils, Celeste, la riche qui a tellement d’argent qu’elle ne sait plus quoi en faire, Madeline qui n’assume pas son âge et qui continue à s’habiller comme une jeune (du moins c’est l’impression que j’ai eu).

Pour l’écriture, je l’ai trouvée assez lourde par moment. L’auteure lésine pas sur les détails et cela a encore plus compliqué ma lecture qui était déjà laborieuse. Après une fois plongée dans le récit, cela va mieux et les pages défilent déjà plus vite.

 
Merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi !
 

huoon

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s